Responsables des opérations et de la clientèle au sein du groupe, Georges-Eric Ruys et Yves Excoffier connaissent bien notre marché, avec plus de 10 ans d’activité au sein de Safram. Tous deux très impliqués dans le développement du groupe SAFRAM, ils travaillent en étroite collaboration afin d’assurer l’harmonie et la cohérence des prestations négociées auprès des fournisseurs et délivrées à leurs clients. Constamment en contact avec la réalité de terrain, que ce soit au siège social à Genève ou au sein des filiales européennes, ils maintiennent le lien primordial entre la stratégie globale et l’application concrète des process, dans un souci de qualité à un coût optimisé.

Ils répondent à nos questions sur les enjeux du secteur et les projets de l’entreprise dans un environnement particulièrement concurrentiel.

Safram : quel est le bulletin de santé du transport en Suisse et en Europe ?
Y. Excoffier : le marché est tendu, avec d’une part un problème lié au manque de chauffeurs, et d’autre part, la croissance qui est repartie et surcharge tous les réseaux. Ceci engendre une tendance à la hausse au niveau des prix.

S. : quels en sont les grands enjeux pour les 5 prochaines années ?
Y.E. : continuer de se spécialiser afin de maintenir notre croissance et renforcer notre position parmi les acteurs représentatifs du transport routier. Avec 30 % de part de marché, Safram est leader européen dans le secteur du transport des parfums et des arômes, notamment grâce à sa stratégie axée sur l’ADR, son réseau européen et ses sites à proximité immédiate des grandes zones industrielles.
Poursuivre nos efforts dans la recherche de nouvelles technologies, afin d’améliorer nos outils tels que le « track and trace », la géolocalisation des véhicules et marchandises, les échanges automatisés avec les clients et partenaires.
Nous donnons priorité aux processus répondant aux attentes de nos clients.

S. : depuis ces 5 dernières années, quelle a été l’évolution du réseau Safram ?
G-E. Ruys : Safram s’est attaché à couvrir toute l’Europe, ainsi que la Turquie. Nous sommes aujourd’hui capables de proposer des départs quotidiens depuis l’ensemble de nos sites, à destination de toute l’Europe, ce qu’offrent peu de transporteurs, y compris les plus gros qui cadencent leurs départs en fonction des volumes.
Nous avons également ouvert nos propres filiales là où le marché était propice et demandeur, tels que Londres, Budapest, Avignon, et Bordeaux, et avons fortement développé notre agence de Bâle.

S. : quelles sont les perspectives du réseau pour les 2 prochaines années ?
G-E. R. : maintenir notre couverture européenne et les départs quotidiens.
Nous venons de transférer notre site partagé de Garges-lès-Gonesse vers un site indépendant basé à Roissy, en face de l’aéroport CDG.
La Logistique est aussi un vecteur de développement important où nous pouvons valoriser nos infrastructures classées Seveso et notre leadership dans le chimique.

S. : comment SAFRAM fait-elle face à l’augmentation des coûts salariaux en Europe de l’Est ?
Y.E. : les coûts grimpent dans toute l’Europe. Nous profitons de notre solide relation avec nos partenaires pour cultiver de belles synergies de productivité (partage des navettes, développement commercial commun, etc.) et ainsi maîtriser notre compétitivité.
Toutefois, d’une manière générale, certaines charges ne sont pas absorbables, ce qui provoque une appréciation des prix chez tous les acteurs du marché.

S. : comment SAFRAM assure-t-elle la cohésion de son réseau d’agences ?
G-E. R. : nous privilégions la promotion interne pour les postes de responsables de sites, afin de fidéliser nos cadres expérimentés. Leur formation de plusieurs mois au siège social à Genève crée des liens forts et accroît le réflexe de collaboration transversale.
La flexibilité géographique des employés (support entre les structures) est une composante importante chez Safram, car elle assure l’alignement des entités du groupe aux valeurs qui sont les siennes. Enfin, nous sommes très exigeants dans le recrutement, dans une perspective d’enrichissement des compétences permanent.

S. : au sein du réseau d’agences SAFRAM, quels sont les pôles de croissance notables actuellement ?
Y.E. : l’acquisition de grands comptes au profit de notre entité bâloise (dans un contexte de fort développement), ainsi qu’à Londres et en France.

S. : planifiez-vous des changements dans l’organisation du groupe Safram ?
G-E. R. : nous sommes en constante évolution pour anticiper ou nous adapter au marché très concurrentiel du transport. Nous travaillons notamment à la centralisation des compétences sur nos sites principaux (Genève, Genas, Budapest).

Grâce à sa stratégie de développement harmonisée et à dimension humaine, SAFRAM continue de renforcer sa position concurrentielle dans le secteur du transport de matières dangereuses. Ce souci de cohésion et du travail bien fait associés aux opportunités du marché favorisent quant à elles son identification parmi les acteurs représentatifs du marché.

Photo : de gauche à droite, Yves Excoffier et Georges-Eric Ruys

Laisser un commentaire

Votre commentaire a bien été transmis à l’équipe Safram.